30 ANS DE RECHERCHES ET D’EXPÉRIMENTATION SUR LE VIVANT

Les recherches empiriques qui ont préparé la naissance de la Nutripuncture®, menées par une équipe pluridisciplinaire de professionnels de santé, ont commencé par étudier la qualité des échanges se produisant au niveau des membranes cellulaires, indispensables pour assurer un niveau de vitalité psychophysique optimal. Progressivement, les éléments capables de soutenir la qualité des échanges membranaires ont été identifiés : des associations de minéraux minidosés, dont la synergie présente des propriétés émergentes qui favorisent une communication cellulaire optimale.

Après de nombreuses années d'observations et d'expérimentations, un premier complexe polymétallique a été mis au point pour « booster » la vitalité des membranes cellulaires, affaiblie par les stress de la vie : le premier « outil » de la Nutripuncture® a ainsi vu le jour en 1983.

Ensuite, 38 autres complexes polymétalliques ont été progressivement mis au point pour soutenir une communication beaucoup plus vaste, permettant aux différents groupes cellulaires d'échanger, en temps réel, les informations assurant la coordination et la cohérence des milliers de fonctions qui se déroulent à chaque instant dans l'organisme.

En réalité, la communication cellulaire n'est pas uniquement assurée par les membranes mais également par des signaux électromagnétiques émis par l'ADN (découverts par Luc Montagnier, Nobel de Médecine). Il s'agit d'informations non moléculaires qui voyagent dans l'organisme à travers un réseau de communication, très articulé, que l'on pourrait comparer à une sorte « d'Internet biologique » : en Nutripuncture® on parle de courants vitaux. En ce qui concerne leur nature, il s'agirait (selon les travaux de Popp et Sclebush) de biophotons, d'ondes électromagnétiques, de signaux permettant la communication cellulaire.

Les chercheurs en Nutripuncture® ont en effet observé que la cohérence d'un individu (que l'on peut facilement observer au niveau de son comportement, de sa voix, de sa posture ou de son regard), est le fruit d'une autorégulation cellulaire optimale. On peut considérer cette cohérence comme une propriété émergente qui s'active lorsque la communication entre tous les groupes cellulaires est fluide, coordonnée et intègre.